Saturday, August 26, 2017

Jason Buie ~~ Driftin’ Heart

Lately I’ve been receiving a fair number of albums, but most of them just didn’t excite me enough to write about. Most had one or two good songs on them, but just not enough to sustain the entire album.
Of course it didn’t help that within a seven day period I saw both Buddy Guy and Janiva Magness in concert, and aside from being able to put a check mark beside their names on my Blues Bucket List, it set the bar kind of high when it came to listening to these other artists.
I promise I will go back and reevaluate them soon.
In the meantime, I did receive an album, Driftin’ Heart, from Canadian Jason Buie, with whom I had no familiarity. We’ve been receiving some great artists from our contacts in Canada, so I was eager to dive in and see what Buie was all about.
In case you were wondering, eh, that’s pronounced “a-boot.”
Aside from taking on the vocals and guitars, Buie put together an excellent group of musicians that include John Hunter on drums, George Fenn on bass, and Dave Webb on piano and Hammond B3. Rick Salt and Marisha Devoin added their vocals to House Party.
Buie teamed up with Hunter to write seven of the disc’s thirteen songs. The others were written by Amos Milburn, Sue Foley, Jimmy Rogers, and Jesse May Robinson.
Buie opens the album with a swinging number, Fool From The Start. I’m liking his soulful blues and Webb’s Hammond adds a nice touch. Buie takes a solid lead and so far, the man sounds like this could be the album to break me out of my funk and return me to my normal state.
He follows up with another swinging up-tempo song, House Party. This is Amos Milburn’s tune and he does a good job with his interpretation. We’ve played several versions of this song in the past and Buie’s stacks up against them all. Sweet song, and he’s two for two.
Next up are a couple of tracks written by Buie and Hunter, starting with Government Man. It’s got a good hook but I’m not as crazy about the vocals effect he’s using. I know it’s designed to sound like it’s being filtered and mysterious, but it’s not my cup of tea. Still, the music is strong. Then Buie and the band launch into a quick number, Westcoast Daddy. It’s a raucous rockabilly blues number that gets your blood pumping and toes tapping. I love this one a lot and you better believe it’s going to appear on Time For The Blues shortly.
I truly wish I could find a source for more Canadian material. It’s tricky to find some of these releases in the States, but once I locate a good source, I will be happy to share it with you. Of course, I’ll continue to add links to the artists’ websites.
Canadian blues artist Sue Foley wrote the title track, Driftin’ Heart. Foley is a terrific player and I’m sad to say that I don’t have much of her work in my collection. This is delivered as a country blues song, and Buie croons his way through it nicely. Solid number all the way around.
Next up are several songs written by the Buie-Hunter tandem, starting with the 1950’s inspired Stay The Night. The song closely follows the set-up of several of those middle of the road rock songs that the Girl Groups would often sing. Then Buie unleashes a blistering guitar run and changes the focus. It’s a strong effort and a nice throwback number.
Suits Me To A Tee opens with some strong guitar and Hammond music before Buie adds his gruff vocals to the mix. This is pure blues and he really delivers on the attitude. I really like this number a lot. Hope I can get it into a show soon.
Next up is 12 O’clock Check Out, a song that could (and maybe should) be my theme song. Like many, I’m wired to be up all hours off the night, so getting out of a hotel by their normal check out time doesn’t always work for me. Fortunately, Buie has given voice – and guitar – to our frustrations. Oh yeah, this one is going on a show PDQ.
He keeps rocking with Last Love Affair, the last song Buie and Hunter wrote for the album. It’s a punchy track, a good song to move an audience to get up on its collective feet and dance. I enjoy it a lot, plenty of blues mixed with rock and some cool piano from Webb that gives way to a killer guitar run.
The last couple of songs are covers, beginning with his version of Jimmy Rogers’ You’re Sweet. Buie and company really rock this number and this is a song that should be getting some airplay. I love the way he turns Webb loose on the piano and the song has that gritty Chicago sound.
He closes out with Jesse Mae Robinson’s Cold, Cold Feeling. It too, has that sweet old school sound and Buie does a great job with the lead guitar. This song has that great late night feel to it, with a singer standing behind the microphone and opening up all of his emotions. It’s a brave, bold move, and Buie gives it everything he’s got. It’s an impressive number and makes me want to hear more.
I know Buie has a couple of other albums that he’s released. For someone who was completely off my radar, he is now solidly on it and I can’t wait to get my hands on his previous work. Driftin’ Heart is a beautifully crafted album that mixes his own masterful songs with others that are well-known and they combine to make a blues album that just about everyone will enjoy.
Buie has traveled the world, but I’m not sure when he’s going to be appearing around here. I’m going to check in with his website, http://www.jasonbuieband.com/ to see where our paths might cross.

(En tant que service à nos amis francophones au Canada ou à travers le monde, j'essaierai d'écrire l'interview ci-dessus en français. Confiez-moi quand je dis que je le fais par respect et mon français au niveau collégial était il ya longtemps J'ai demandé à ma petite amie de lycée belge de l'examiner, mais elle est un peu occupée ces jours-ci ...)

Dernièrement, j'ai reçu un bon nombre d'albums, mais la plupart d'entre eux ne m'ont pas réussi à écrire. La plupart avaient une ou deux bonnes chansons sur eux, mais pas assez pour soutenir l'album entier.
Bien sûr, cela n'a pas aidé cela dans une période de sept jours, j'ai vu à la fois Buddy Guy et Janiva Magness en concert, et en plus de pouvoir marquer une marque à côté de leurs noms sur ma liste Blues Bucket, Quand il s'agissait d'écouter ces autres artistes.
Je promets de revenir en arrière et de les réévaluer bientôt.
En attendant, j'ai reçu un album, Driftin’ Heart, du Canadien Jason Buie, avec qui je n'avais aucune familiarité. Nous avons reçu de bons artistes de nos contacts au Canada, alors j'étais désireux de plonger et de voir à quoi était Buie.
Dans le cas où vous vous demandiez, eh, c'est prononcé "a-boot".
En plus de prendre les voix et les guitares, Buie a rassemblé un excellent groupe de musiciens qui incluent John Hunter à la batterie, George Fenn à la basse et Dave Webb au piano et Hammond B3. Rick Salt et Marisha Devoin ont ajouté leur vocabulaire à House Party.
Buie s'est associée à Hunter pour écrire sept des treize chansons du disque. Les autres ont été écrits par Amos Milburn, Sue Foley, Jimmy Rogers et Jesse May Robinson.
Buie ouvre l'album avec un numéro oscillant, Fool From The Start. J'aime son blues et le Hammond de Webb ajoutent une touche agréable. Buie prend une avance solide et jusqu'à présent, l'homme semble que ce pourrait être l'album pour me sortir de mon funk et me rendre dans mon état normal.
Il suit une autre chanson de swinging-tempo, House Party. C'est l'accord d'Amos Milburn et il fait un bon travail avec son interprétation. Nous avons joué plusieurs versions de cette chanson dans le passé et les piles de Buie contre elles. Douce chanson, et il en a deux pour deux.
Ensuite, quelques pistes sont écrites par Buie et Hunter, en commençant par Government Man. Il a un bon crochet mais je ne suis pas aussi fou de l'effet vocal qu'il utilise. Je sais qu'il est conçu pour sonner comme s'il s'agissait d'être filtré et mystérieux, mais ce n'est pas ma tasse de thé. Pourtant, la musique est forte. Alors Buie et le groupe se lancent dans un petit numéro, Westcoast Daddy. C'est un numéro de blues rockabilly raide qui fait tuer votre sang et les orteils. J'aime beaucoup celui-ci et il vaut mieux croire qu'il apparaîtra prochainement dans Time For The Blues.
J'aimerais vraiment trouver une source de plus de matériel canadien. Il est difficile de trouver certaines de ces versions aux États-Unis, mais une fois que je trouve une bonne source, je serai ravi de la partager avec vous. Bien sûr, je vais continuer à ajouter des liens vers les sites Web des artistes.
L'artiste canadienne de blues Sue Foley a écrit la titre titre, Driftin' Heart. Foley est un joueur formidable et je suis triste de dire que je n'ai pas beaucoup de travail dans ma collection. Ceci est livré comme une chanson de blues de pays, et Buie croons son chemin à travers elle bien. Un nombre solide tout autour.
Ensuite, plusieurs morceaux sont écrits par le tandem Buie-Hunter, à commencer par la soirée inspirée des années 1950. La chanson suit de près la mise en scène de plusieurs de ces chansons de rock moyen que les groupes de filles chanteraient souvent. Ensuite, Buie déclenche un jeu de guitare et change l'accent. C'est un effort fort et un bon nombre de rebond.
Suits Me To A Tee s'ouvre avec de la guitare forte et de la musique Hammond avant que Buie n'ajoute ses chants agressifs au mix. C'est un pur blues et il s'occupe vraiment de l'attitude. J'aime beaucoup ce nombre. J'espère que je peux l'avoir bientôt dans un spectacle.
Ensuite, il y a 12 heures Check Out, une chanson qui pourrait (et peut-être) être ma chanson thème. Comme beaucoup, je suis câblé pour être ouvert toutes les heures de la nuit, alors sortir d'un hôtel par leur temps de sortie normal ne fonctionne pas toujours pour moi. Heureusement, Buie a donné la voix - et la guitare - à nos frustrations. Oh ouais, celui-ci se déroule sur un spectacle PDQ.
Il continue à marrer avec Last Love Affair, la dernière chanson que Buie et Hunter ont écrite pour l'album. C'est une piste punchy, une bonne chanson pour déplacer un public pour se lancer sur ses pieds collectifs et danser. Je l'apprécie beaucoup, beaucoup de blues mélangés avec du rock et un piano cool de Webb qui cède la place à une guitare killer.
Les deux dernières chansons sont des couvertures, en commençant par sa version de Jimmy Rogers' You're Sweet. Buie et l'entreprise vraiment rock ce numéro et c'est une chanson qui devrait être de l'airplay. J'adore la façon dont il rend Webb lâche sur le piano et la chanson a ce som très lourd de Chicago.
Il se ferme avec Jesse Mae Robinson's Cold, Cold Feeling. C'est aussi ce bon son de l'ancienne école et Buie fait un excellent travail avec la guitare principale. Cette chanson a cette superbe fin de nuit, avec un chanteur debout derrière le microphone et ouvrant toutes ses émotions. C'est un mouvement courageux et audacieux, et Buie donne tout ce qu'il a obtenu. C'est un nombre impressionnant et me donne envie d'entendre davantage.
Je sais que Buie a quelques autres albums qu'il a sortis. Pour quelqu'un qui a été complètement hors de mon radar, il est maintenant solidement sur elle et je ne peux pas attendre pour mettre ma main sur son travail précédent. Driftin' Heart est un album magnifiquement conçu qui mélange ses propres chansons magistrales avec d'autres qui sont bien connues et se combinent pour créer un album de blues que tout le monde appréciera.
Buie a parcouru le monde, mais je ne sais pas quand il va apparaître ici. Je vais vérifier avec son site Web, http://www.jasonbuieband.com/ pour voir où nos chemins pourraient traverser.


No comments:

Post a Comment